• La briquetterie de l'ouest

    Un petit spot trouvé par hasard lors d'un road trip dans le sud ouest de la France, tout comme ces photos retrouvées par hasard dans un disque dur, prête à être publiées. Et la première question qui me sera posée sur ce spot n'est pas l'endroit où ça se trouve, mais plutôt: "tu n'as trouvé que ça à publier avec tout ce que l'on a comme gros dossier" ;) ...

         La briquetterie de l'ouest     La briquetterie de l'ouest     La briquetterie de l'ouest

         La briquetterie de l'ouest     La briquetterie de l'ouest     La briquetterie de l'ouest

         La briquetterie de l'ouest     La briquetterie de l'ouest     La briquetterie de l'ouest

         La briquetterie de l'ouest     La briquetterie de l'ouest     La briquetterie de l'ouest

         La briquetterie de l'ouest     La briquetterie de l'ouest     La briquetterie de l'ouest

         La briquetterie de l'ouest     La briquetterie de l'ouest     La briquetterie de l'ouest

         La briquetterie de l'ouest     La briquetterie de l'ouest     La briquetterie de l'ouest


    3 commentaires
  • La centrale

     

         La centrale     La centrale     La centrale

         La centrale     La centrale     La centrale

         La centrale     La centrale     La centrale

         La centrale     La centrale     La centrale

         La centrale     La centrale     La centrale

         La centrale     La centrale     La centrale

         La centrale     La centrale     La centrale

         La centrale     La centrale     La centrale

         La centrale     La centrale     La centrale

         La centrale     La centrale     La centrale

         La centrale     La centrale     La centrale

         La centrale     La centrale     La centrale

         La centrale     La centrale     La centrale

         La centrale     La centrale     La centrale

         La centrale     La centrale     La centrale

         La centrale     La centrale     La centrale

         La centrale     La centrale     La centrale

         La centrale     La centrale     La centrale

         La centrale     La centrale turbogas     La centrale turbogas

         La centrale turbogas     La centrale turbogas     La centrale turbogas

         La centrale turbogas     La centrale turbogas     La centrale turbogas

         La centrale turbogas     La centrale turbogas     La centrale turbogas

         La centrale turbogas     La centrale turbogas     La centrale turbogas

         La centrale turbogas     La centrale turbogas     La centrale turbogas

         La centrale turbogas     La centrale turbogas     La centrale turbogas

         La centrale turbogas     La centrale turbogas     La centrale turbogas

         La centrale turbogas     La centrale turbogas     La centrale turbogas

         La centrale turbogas     La centrale turbogas     La centrale turbogas

         La centrale     La centrale     La centrale

         La centrale turbogas     La centrale turbogas


    votre commentaire
  • La centrale

    Cette centrale signera la fin de notre road trip dans le nord de la France. Décidés à visiter un dernier spot, nous savions qu'il y avait des entrepôts abandonnés, finalement ce fût bien mieux que cela... une centrale électrique, d'une taille bien plus importante que ce que nous avions prévu, nous passerons une bonne partie de l'après-midi à visiter cet endroit. Passant de petites ouvertures nous donnant accès toujours un peu plus loin, jusqu'à un dernier bâtiment dans lequel nous n'avons pas pu pénétrer. Nous repartons bien sûr en retard par rapport à l'heure prévu, pour un retour dans le sud avec des images pleins la tête.

         La centrale     La centrale     La centrale

         La centrale     La centrale     La centrale

         La centrale SPB     La centrale     La centrale

         La centrale     La centrale     La centrale

         La centrale     La centrale     La centrale

         La centrale     La centrale     La centrale

         La centrale     La centrale     La centrale

         La centrale     La centrale     La centrale

         La centrale     La centrale     La centrale

         La centrale     La centrale     La centrale

         La centrale     La centrale     La centrale

         La centrale     La centrale     La centrale

         La centrale     La centrale     La centrale

         La centrale     La centrale     La centrale

         La centrale     La centrale     La centrale

         La centrale     La centrale     La centrale

         La centrale     La centrale     La centrale

         La centrale     La centrale     La centrale

         La centrale     La centrale     La centrale SPB

         La centrale SPB     La centrale SPB     La centrale SPB

         La centrale SPB     La centrale SPB     La centrale SPB

         La centrale SPB     La centrale SPB     La centrale SPB

         La centrale SPB     La centrale SPB     La centrale SPB

         La centrale SPB     La centrale SPB


    votre commentaire
  • Un lieu que nous avons exploré depuis plus d'un an. Nous ne l'avions pas publié, car nous ne sommes pas certains que ce lieu soit réellement abandonné. Nous avons déjà vu plusieurs personnes publier des photos de l'intérieur des wagons, cependant, lorsque nous avons voulu visiter les trains, ceux-ci étaient fermés, et à l'entrée de la gare un panneau avec indiqué musée, 4 euros l'entrée. Lors de l'explo l'ensemble était fermé, des gens habitent dans l'ancien bâtiment de la gare, autant dire que nous avons fait quelques photos des trains sans nous attarder, alors musée ou pas, le tout était quand même sympa à voir, mais ne mérite pas un détour, sauf pour les passionnés de trains.

    Gare museum     Gare museum     Gare museum

    Gare museum     Gare museum     Gare museum

    Gare museum     Gare museum     Gare museum

    Gare museum     Gare museum     Gare museum

    Gare museum     Gare museum     Gare museum

    Gare museum     Gare museum     Gare museum

    Gare museum     Gare museum     Gare museum

    Gare museum     Gare museum     Gare museum

    Gare museum     Gare museum     Gare museum

    Gare museum     Gare museum

     


    votre commentaire
  • La minoterie de la crue

     

    Une minoterie est un bâtiment où sont préparées les farines de céréales. Le travail des minotiers consiste à transformer la partie amidonneuse en particules suffisamment fines et pures pour composer la farine. L’étuvage des farines est une pratique onéreuse et assez rare, réservée à des cas très particuliers dont l’impact est dérisoire en tonnage relatif.

    On étend la farine sur des surfaces placées dans des locaux ouverts et chauffés à une température ne devant pas dépasser 70°C, au moyen de demi-cylindres ou gouttières doubles, dans lesquelles on introduit de la vapeur ou de l'air chaud. La farine est agitée dans la gouttière extérieure au moyen de vis dont les filets sont garnis de poils de sanglier et, lorsqu'elle a parcouru sept ou huit de ces gouttières, elle passe sur des appareils semblables dans lesquels, au lieu de vapeur ou d'air chaud, on fait circuler de l'eau froide. La farine se refroidit ainsi, puis elle tombe dans des sacs ou barils destinés.

    Une des sources d'énergie fréquemment utilisée est l'eau, par l'intermédiaire d'une roue à aubes ou d'une turbine. Au début du xxe siècle, de nombreuses minoteries utilisaient en plus de l'eau des machines à vapeur. Il n'était pas rare alors que ces minoteries produisent aussi de l'électricité pour alimenter une partie du village ou les entreprises voisines.

     

       La minoterie de la crue     La minoterie de la crue     La minoterie de la crue

       La minoterie de la crue     La minoterie de la crue     La minoterie de la crue

       La minoterie de la crue     La minoterie de la crue     La minoterie de la crue

       La minoterie de la crue     La minoterie de la crue     La minoterie de la crue

       La minoterie de la crue     La minoterie de la crue     La minoterie de la crue

       La minoterie de la crue     La minoterie de la crue     La minoterie de la crue

       La minoterie de la crue     La minoterie de la crue     La minoterie de la crue

       La minoterie de la crue

     

    La minoterie de la crue

                                                                                                La minoterie de la crue     La minoterie de la crue


    votre commentaire
  • Service des eaux

      

        Service des eaux     Service des eaux     URBEX Service des eaux

        Service des eaux     Service des eaux     Service des eaux

        Service des eaux     Service des eaux     Service des eaux

        Service des eaux     Service des eaux     Service des eaux

        Service des eaux     Service des eaux     Service des eaux

        Service des eaux     Service des eaux     


    votre commentaire
  • Au détour d'une journée d'urbex bien remplie, se tient cette mine, qui n'était absolument pas prévu au programme, mais qui méritait bien que l'on s'y arrête. Malheureusement nous n'avons pas pu pénétrer à l'intérieur, seulement l'appareil photo, qui a quand à lui, réussi à se faufiler non sans peine, pour notre plus grand bonheur. Le type de charbon extrait de cette mine étais l'anthracite, une roche massive et homogène qui possède une très faible teneur en matières volatiles qui brûle avec une courte flamme bleu pâle, sans fumée mais en dégageant beaucoup de chaleur. L'accès aux veines toutes souterraines pour ce type de charbon, se faisait soit par des puits, comme c'est le cas ici, soit par galerie. La mine fermera ses portes à la fin des années 90.

     urbex       Mine des gueules noires

     Mine des gueules noires       Mine des gueules noires

     Mine des gueules noires       Mine des gueules noires

     Mine des gueules noires       urbex

     Mine des gueules noires       Mine des gueules noires

     Mine des gueules noires       Mine des gueules noires

     Mine des gueules noires       Mine des gueules noires


    votre commentaire
  • Les forges de la Becque

    De ce lieu qui abritait autrefois une forge de pièces automobiles et poids lourds, il ne reste que des décombres, des entrepôts vidés, 9 hectares de friches, ces 13 années d'abandon ont eu raison de cette industrie, qui à l'époque faste employait pas moins de 280 salariés. Je pense que de ce lieu il ne reste plus rien à protéger, le site est signalé comme amianté, mais de l'amiante non plus nous n'en avons pas vu. Alors au détour d'une journée d'urbexeur, peut-être voudriez-vous jeter un coup d'oeil rapide à saint cyprien dans la loire...

    Les forges de la Becque     Les forges de la Becque     Les forges de la Becque

    Les forges de la Becque     Les forges de la Becque     Les forges de la Becque

    Les forges de la Becque     Les forges de la Becque     Les forges de la Becque

    Les forges de la Becque     Les forges de la Becque     Les forges de la Becque

    Les forges de la Becque     Les forges de la Becque     Les forges de la Becque

    Les forges de la Becque     Les forges de la Becque     Les forges de la Becque

    Les forges de la Becque     Les forges de la Becque     Les forges de la Becque

    Les forges de la Becque     Les forges de la Becque     Les forges de la Becque

    Les forges de la Becque                                                                                                                  Les forges de la Becque                                 


    votre commentaire
  • La cimenterie labyrinthe urbex

     

     galerie urbex

     

    urbex cimenterie     urbex cimenterie     urbex cimenterie

    urbex cimenterie     urbex cimenterie

    urbex cimenterie     urbex cimenterie

    urbex cimenterie     urbex cimenterie     urbex cimenterie

    urbex cimenterie     urbex cimenterie     urbex cimenterie

    urbex cimenterie     urbex cimenterie     urbex cimenterie

    urbex cimenterie     urbex cimenterie     urbex cimenterie

    urbex cimenterie     urbex cimenterie     urbex cimenterie

     

    urbex cimenterie     urbex cimenterie     urbex cimenterie

    urbex cimenterie     urbex cimenterie     urbex cimenterie

    urbex cimenterie     urbex cimenterie     urbex cimenterie

    urbex cimenterie     urbex cimenterie     urbex cimenterie

    urbex cimenterie     urbex cimenterie     urbex cimenterie

    urbex cimenterie     urbex cimenterie     urbex cimenterie

    urbex cimenterie     urbex cimenterie

     

     

    galerie urbex

     

     

    urbex cimenterie   

      galerie urbex    urbex cimenterie     galerie urbex                                                                                                                                                                    La cimenterie labyrinthe                           

                                                                                                                                                                                                                                                                 


    votre commentaire
  • Urbex PACA

     

    L'atelier du mécanicien

     

    Un premier chantier de constructions de bateaux à voile et à rames destinés aux pêcheurs et à la marine royale existe à partir de 1711 sur ce site. Par la suite, d'autres petits chantiers du même type émergent.

    A partir de 1835, deux entrepreneurs prennent en main la destinée des chantiers navals en les transformant en véritable entreprise industrielle les ingénieurs prennent une décision capitale, celle de se convertir progressivement à la construction métallique.
    En 1845, le site se lance dans la construction navale de grande ampleur.

    En 1853, tôles et tubes, chaudières et appareils à moteurs sont assemblés en ces lieux pour produire les navires.

    Le contexte historique et économique soutient la croissance des Chantiers qui passent de 200 à 1300 salariés jusqu'à la crise de 1948 : développement de la batellerie fluviale ou du cabotage à vapeur pour accroître les transports intérieurs, développement du commerce méditerranéen, industrialisation du Nord de l'Italie, conquête de l'Algérie et entrée dans une nouvelle ère d'explorations puis de colonisations.

    En 1855, la "Société acquiert à cette époque une renommée mondiale pour la qualité, la modernité, et les performances de ses bâtiments, ainsi que pour la diversification de ses travaux et l'adaptation de son personnels aux différents types de construction.

    En 1872, l'entreprise est assez puissante pour acquérir les très importants Chantiers du Havre. 

    Les chantiers employaient plus de 5 000 personnes, mais à partir de 1975, la situation se dégrade, conséquence des deux chocs pétroliers et de la montée de la concurrence japonaise et américaine.

    Mais les nouvelles directives européennes, les surcapacités de production et la décision du gouvernement français de couper les aides en 1986 conduisent l'entreprise à déposer le bilan et les chantiers cessent toute activité en 1987. Une importante crise sociale touche alors les villes...

     

    L'atelier du mécanicien

     

     

     

     

      L'atelier du mécanicien

      L'atelier du mécanicien

      L'atelier du mécanicien

      L'atelier du mécanicien

    L'atelier du mécanicien

    L'atelier du mécanicien

              L'atelier du mécanicien

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique