• Le vaisseau fantôme

    Le vaisseau fantôme

     

    C'est en se rendant au sanatorium de Rocheplane, que nous sommes tombés nez à nez avec ce géant. Une surprise au bout de la route, car nous le pensions détruit, et c'est avec joie que nous avons visité ce qui reste de ces trois vieux compagnons, mais aussi avec beaucoup de frustration face à un bâtiment aussi grandiose, mais dévasté de toutes parts. Dans le passé les trois sanatoriums du plateau de Saint-Hilaire du thouvet faisaient la fierté des habitants de la région, et généraient de nombreux emplois.

     

    urbex sanatorium     urbex sanatorium     Le vaisseau fantôme

    Le vaisseau fantôme

    Les risques naturels ont été le prétexte très controversé donné à l’époque pour justifier la fermeture des établissements. Parce que situés en zone rouge comme une bonne partie du village, sur le plan de la prévention des risques, le CMC et le CMUDD auraient été menacés de coulées d’avalanches et de chutes de rochers. Effectivement, le site connut en 1968 et 1970 plusieurs avalanches suscitant une réflexion sur la protection des bâtiments. Rapidement, les premiers travaux furent décidés.
    D’autres avalanches en 1978 et en 1981 démontreront la limite de ces derniers. Aux techniques de lutte contre le départ de l’avalanche s'ajouteront les techniques pour retenir le manteau neigeux.
    Le 9 février 1999, une avalanche balaya 20 chalets à Montroc dans la vallée de Chamonix, tuant 12 personnes. Rien de tel pour alimenter la psychose ou, selon la rumeur, une stratégie déjà bien avancée.
    Compte tenu du coût prohibitif de leur protection, environ 20 millions d’Euros, l’Etat décida alors le principe de démolition des deux centres. Cependant, aucune échéance n’étant fixée, les propriétaires, en attendant la phase de démolition, furent sommés de sécuriser, dépolluer et de faire surveiller les bâtiments.
    Seul l’établissement de Rocheplane situé en zone violette semblait échapper à cette décision. Faux espoir car celui-ci sera lui aussi rapidement abandonné !

    Avant les sanatoriums, il y avait 300 ou 400 habitants sur le plateau. Grâce à cette structure la population a augmenté: des centaines de convalescents en permanence, autant d’employés, de nombreuses familles s’installant, et tous les visiteurs… A partir des années 30, nombreux ont été les locaux qui ont travaillé dans les sanatoriums.

    Avant, cette idée aurait suscité peu d’enthousiasme, car les gens avaient peur de la tuberculose. Les paysans du plateau étaient réticents à l’idée d’approcher les sanatoriums. Et puis, peu à peu, la maladie a été éradiquée. La population était de plus en plus informée et savait alors que les tuberculeux arrivant aux sanatoriums n’étaient plus bacillaires (porteurs de la mycobactérie). Ils étaient devenus convalescents. Ce qui n’a pas toujours été le cas au début de l’histoire, puisque des malades décédés à Saint-Hilaire ont été enterrés au village.  

    Le vaisseau fantôme     Le vaisseau fantôme     Le vaisseau fantôme

    Le vaisseau fantôme     Le vaisseau fantôme     Le vaisseau fantôme

    Le vaisseau fantôme     Le vaisseau fantôme     Le vaisseau fantôme

    Le vaisseau fantôme     Le vaisseau fantôme     Le vaisseau fantôme

    Le vaisseau fantôme     Le vaisseau fantôme     Le vaisseau fantôme

    Le vaisseau fantôme     Le vaisseau fantôme     Le vaisseau fantôme

    Le vaisseau fantôme     Le vaisseau fantôme     Le vaisseau fantôme

    Le vaisseau fantôme     Le vaisseau fantôme     Le vaisseau fantôme

    Le vaisseau fantôme     Le vaisseau fantôme     Le vaisseau fantôme

    Le vaisseau fantôme     Le vaisseau fantôme     Le vaisseau fantôme

    Le vaisseau fantôme     Le vaisseau fantôme     Le vaisseau fantôme

    Le vaisseau fantôme     Le vaisseau fantôme     Le vaisseau fantôme

    Le vaisseau fantôme     Le vaisseau fantôme     Le vaisseau fantôme

    Le temps n'a pas rendu justice à ces trois vieux compagnons de route, le vent, la pluie, les vandales ont eu raison d'eux. Tout est défoncé, arraché, brisé, comme si un cataclysme s'était abattu sur eux. Avec eux une page d'histoire se tourne, et ce qui fit autrefois la fierté des habitants n'est plus.

    « Ehpad des chatsLe bunker de cristal »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :