• Pensionnat de l'écureuil

     

    Le pensionnat de l'écureuil, accueillait les élèves au début des années 1900, la discipline régnait en ce lieu, et les témoignages des anciens élèves le qualifient de "bagne d'enfant" ou encore de "prison d'enfant", l'établissement aurait fermé suite à de nombreuses plaintes de maltraitances envers les enfants.

    Le lever se faisait à 6h00 et le petit déjeuner se prenait deux heures plus tard, après la messe et les études. Les élèves n'étaient pas très bien nourris, ceux de la campagne amenaient avec eux des caisses de provisions après chaque vacance, pâque, noël et grande vacances. Les petits citadins échangeaient avec eux leur livre d'école contre un morceau de saucisson, ou la solution d'un problème contre du chocolat.

    Les punitions se soldaient par des heures de cachot au pain sec et à l'eau clair, faute d'avoir appris correctement son catéchisme. Les curés étaient inflexibles sur l'enseignement religieux. Dans les dortoirs qui réunissaient chacun une centaine d'enfants, n'étaient pas chauffés durant les longues nuits d'hiver.

    Les seuls moments appréciables par les élèves étaient les sorties du week-end, lorsqu'ils  ramassaient les châtaignes qu'ils faisaient rôtir pendant les promenades, au printemps la cueillette des cerises, et la pêche aux écrevisses dans la rivière.

     

    Pensionnat de l'écureuil     Pensionnat de l'écureuil     Pensionnat de l'écureuil

    Pensionnat de l'écureuil     Pensionnat de l'écureuil     Pensionnat de l'écureuil

    Pensionnat de l'écureuil     Pensionnat de l'écureuil     Pensionnat de l'écureuil

    Pensionnat de l'écureuil     Pensionnat de l'écureuil     Pensionnat de l'écureuil

    Pensionnat de l'écureuil     Pensionnat de l'écureuil     Pensionnat de l'écureuil

    Pensionnat de l'écureuil     Pensionnat de l'écureuil     Pensionnat de l'écureuil

    Pensionnat de l'écureuil     Pensionnat de l'écureuil     Pensionnat de l'écureuil

    Pensionnat de l'écureuil     Pensionnat de l'écureuil     Pensionnat de l'écureuil

    Pensionnat de l'écureuil     Pensionnat de l'écureuil     Pensionnat de l'écureuil

    Pensionnat de l'écureuil     Pensionnat de l'écureuil     Pensionnat de l'écureuil

    Pensionnat de l'écureuil     Pensionnat de l'écureuil      Pensionnat de l'écureuil

    Pensionnat de l'écureuil     Pensionnat de l'écureuil     Pensionnat de l'écureuil

    Pensionnat de l'écureuil     Pensionnat de l'écureuil     Pensionnat de l'écureuil

    Pensionnat de l'écureuil     Pensionnat de l'écureuil     Pensionnat de l'écureuil

    Pensionnat de l'écureuil     Pensionnat de l'écureuil     Pensionnat de l'écureuil

    Pensionnat de l'écureuil     Pensionnat de l'écureuil     Pensionnat de l'écureuil

    Pensionnat de l'écureuil     Pensionnat de l'écureuil     Pensionnat de l'écureuil

     

     

    Pensionnat de l'écureuil     Pensionnat de l'écureuil     Pensionnat de l'écureuil

    Pensionnat de l'écureuil     Pensionnat de l'écureuil     Pensionnat de l'écureuil

    Pensionnat de l'écureuil

                                                                                   Pensionnat de l'écureuil     Pensionnat de l'écureuil      Pensionnat de l'écureuil                                                                                                                       


    votre commentaire
  • Centre de conférence

    Dans les années 30 le parc fût acheté par une société alsacienne, entreprise de production cinématographique qui va en réalité exercer des activités d'espionnage pour les services secrets allemands dans la fabrication d'armement. Puis à la fin de la guerre le centre deviendra une école de canonnage.

    Dans les années 50, la marine y fit construire différents bâtiments, pour transformer ce site en école de transmission, et créer des logements pour les étudiants du centre.

    En 1972 le site sera racheté par les PTT, puis par France Télécom qui le transformera en centre de formation et de séminaire, ce qui fit le bonheur des employés d'autres régions, heureux de venir dans ce cadre idyllique. Le site fermera en 2001. 

    Centre de conférence     Centre de conférence     Centre de conférence

    Centre de conférence     Centre de conférence     Centre de conférence

    Centre de conférence     Centre de conférence     Centre de conférence

    Centre de conférence     Centre de conférence     Centre de conférence

    Centre de conférence     Centre de conférence     Centre de conférence

    Centre de conférence     Centre de conférence     Centre de conférence

    Centre de conférence     Centre de conférence     Centre de conférence

    Centre de conférence     Centre de conférence     Centre de conférence

    Centre de conférence     Centre de conférence     Centre de conférence

    Centre de conférence     Centre de conférence     Centre de conférence

    Centre de conférence     Centre de conférence     Centre de conférence

    Centre de conférence     Centre de conférence     Centre de conférence 

    Centre de conférence

    Centre de conférence        Centre de conférence


    votre commentaire
  • Institut Dolomieu

    Depuis le XIXe siècle, on étudie la géologie à l’Université. Dans les années 1950, à l’étroit dans des locaux vétustes de la rue Très-Cloîtres, les responsables universitaires décident de construire un bâtiment dédié à cette matière. L’Institut, ouvre ses portes à la rentrée 1961. C’est alors « le laboratoire de géologie le plus moderne d’Europe et celui bénéficiant du panorama le plus exceptionnel des Alpes ».

    Pendant des dizaines d’années, on amasse dans ce bâtiment une quantité astronomique de pierres provenant du monde entier. Certaines, contenant de l’uranium, sont radioactives, et signalées comme telles. « Je ne crois pas que c’était dangereux, nous raconte un ancien étudiant. Les pierres radioactives, on les voyait, mais normalement on ne les touchait pas. Je me souviens juste de quelques détails étonnants : une fois j’avais vu un colis, envoyé par la Poste, avec marqué en gros dessus ‘‘attention matières radioactives’’. Une autre fois, un évier avait été condamné pendant plusieurs mois avec un panneau ‘‘attention radioactif’’. Mais en tout cas, personne ne nous disait qu’il y avait un véritable danger ». Selon d’autres personnes, il y avait également à dans cet institut de la pechblende et de l’autunite, deux minéraux radioactifs, et des flacons de sel uranyle.

    Le bâtiment de l’Institut est trop excentré par rapport aux autres instituts scientifiques de la ville: les responsables universitaires vont donc progressivement l’abandonner. Au milieu des années 2000, les différents laboratoires migrent dans les bâtiments de l’Institut des sciences de la terre, sur le campus de la vile voisine. Certains étudiants en géologie restent jusqu’à l’été 2011, avant de rejoindre le campus. Le bâtiment est alors fermé mais pas complètement abandonné, car il abrite encore les collections du musée de paléontologie et de minéralogie. Aucun autre lieu ne pouvant récupérer les dizaines de milliers de pierres, le propriétaire des lieux, décide des les laisser là en attendant.

    À côté, l’ancien Institut de géographie alpine, a été fermé une dizaine d’années plus tôt, au début des années 2000. Depuis, ce bâtiment a été de multiples fois visité, squatté, tagué, dévasté. Forcément, quand le bâtiment géologique se vide, le même phénomène se produit : des personnes entrent dans le bâtiment, parcourent les lieux, récupèrent du matériel, y passent du temps.

    Le propriétaire s’en rend vite compte et décide en catastrophe de déménager les collections, au cours de l’année 2012. Aucune idée des précautions prises par rapport aux minéraux radioactifs, mais il est certain que le bâtiment conserve aujourd’hui des traces importantes de radioactivité.

    urbexgo université abandonnée   urbex université abandonnée   urbex université abandonnée

    Institut Géologique   Institut Géologique   Institut Géologique

    Institut Géologique   Institut Géologique   Institut Géologique

    Institut Géologique   Institut Géologique   Institut Géologique

    Institut Géologique   urbex université abandonnée   Institut Géologique

    Institut Géologique   Institut Géologique   

    exploration urbaine université abandonnée   Institut Géologique   Institut Géologique

    Institut Géologique   urbexgo Institut Géologique   Institut Géologique

    Institut Géologique   Institut Géologique   Institut Géologique

     

    Institut Géologique


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique